6 entreprises créées avec l’appui de la Fabrique à initiatives : Le Bon créneau, Le Panier de la mer 76, le salon de coiffure social de Solepi, 3 ressourceries, le garage solidaire Solidarauto. L’étude de faisabilité pour un pôle mobilités à Dieppe est en cours.

Le Panier de la mer 76, bientôt 1 an, déjà 14 emplois à Fécamp.

5e chantier d’insertion de la Fédération Le Panier de la mer pour un triple défi : valoriser les poissons invendus, former des salariés en insertion, apporter une alimentation de qualité aux personnes en difficulté.

Comme souvent avec la Fabrique à initiatives, démarche d’émergence d’entreprises sociales portée par l’ADRESS en Normandie, tout commence par une rencontre. Dès 2012, l’ADRESS met en lien des acteurs locaux, le Département de Seine-Maritime, l’Agglomération de Fécamp et l’association Actif insertion pour creuser l’idée d’un projet autour de la pêche et de l’insertion.
Le 1er comité de pilotage démarre en 2013 ; la visite du chantier Panier de la mer à Boulogne-sur-Mer va donner un coup de fouet au projet. Actif Insertion porte l’étude de faisabilité. L’enjeu majeur c’était de financer les investissements à hauteur de 240 K€. Accompagné sur la partie technique par la Fédération nationale Panier de la mer, l’association mobilise des partenaires : les entreprises Cesbron, Carrefour, Danone, la Caisse d’Epargne, le Fonds mutualisé de revitalisation et l’Agglomération de Fécamp, et réunit ainsi les fonds nécessaire à la création du 5e chantier d’insertion Panier de la mer, après Guilvinec en 1997, Boulogne, Lorient et Saint-Malo.

Cliquez sur ce lien pour lire l’interview de Christophe Courcoux, directeur d’Actif Insertion à Fécamp.

Solidarauto, le garage solidaire sur la Métropole de Rouen.

Favoriser la mobilité pour tous.

Solidarauto a ouvert ses portes au printemps 2016 sur la zone industrielle de Sotteville-lès-Rouen. Ce garage solidaire permet aux personnes en insertion d’acheter ou de faire réparer leur voiture à faible coût chez un professionnel. Particuliers, entreprises, vous pouvez vous aussi participer : donnez votre ancienne voiture et aidez quelqu’un à redevenir mobile et autonome !

Télécharger l’article entier (PDF).

Le projet de plateforme mobilité sur l‘arrondissement de Dieppe : l’étude de faisabilité démarre

  • Territoire :

    Arrondissement de Dieppe

  • Finalité :

    faciliter l’autonomie des personnes en leur proposant des outils de mobilités adéquats

  • Secteur :

    Mobilité

Comment le collectif s’empare de la démarche Fabrique à initiatives, portée par l’ADRESS en Normandie.

L’arrondissement de Dieppe est un territoire rural et périurbain confronté aux enjeux de la mobilité. Le collectif d’acteurs locaux s’est saisi de la démarche Fabrique à initiatives pour animer la réflexion et réaliser le diagnostic territorial.  Ce travail va déboucher sur le recrutement d’un-e chef de projet chargé-e de réaliser l’étude de faisabilité d’une plateforme mobilité sur le territoire.

Télécharger l’article entier (PDF).

Le Bon créneau, auto-école à vocation sociale.

En janvier 2012, la première entreprise issue de la Fabrique à Initiatives lançait son activité : Le bon créneau.

Issue de l’ASPIC, association de prévention spécialisée à Saint Etienne-du-Rouvray, cette auto-école à vocation sociale répond au besoin de faciliter l’accès au permis de conduire pour les personnes les plus en difficultés professionnelles ou sociales. La Fabrique à initiatives est intervenue à partir de 2010, d’abord pour étudier l’opportunité de créer une telle auto-école, puis pour recruter un porteur de projet. Dès 2011, la Fabrique a accompagné la porteuse de projet, Sophie Mopin, dans la réalisation de l’étude de faisabilité et la création de l’association. Aujourd’hui, les premiers candidats ont obtenu leur code et se lancent dans l’apprentissage de la conduite.

Le Bon créneau est adhérent de l’ADRESS.

Le portrait de Sophie Mopin.

3 ressourceries.

De nombreuses collectivités souhaitent se positionner sur la filière réemploi, axe prioritaire de la réduction des déchets pour l’Europe et l’ADEME.

Fin 2011, la Fabrique à initiative Normande organise une réunion sur les filières du réemploi. Suite à ce 1er tour de table, elle fait intervenir le réseau national des ressourceries pour présenter le modèle économique & social aux territoires intéressés. Les agglomérations de Rouen, Seine-Eure, Evreux et Dieppe, souhaitent voir s’implanter une ressourcerie sur leur territoire mais ne dispose pas d’un porteur de projet pour mener à bien l’étude de faisabilité. La Fabrique à initiatives, portée par l’ADRESS, est sollicitée pour réfléchir à un modèle économique et trouver un porteur.

Plusieurs projets voient le jour : sur la métropole de Rouen, la ressourcerie RESISTES.

L’ACREPT, entreprise d’insertion du territoire Dieppois se saisit de l’idée et ouvre Agir Recycl à Neufchâtel en Bray.
L’association l’Abri créé Bric-à-Brac sur l’Agglomération d’Evreux.

Création d’un salon de coiffure adossé à une épicerie sociale.

SOLEPI, bien connue pour ses épiceries sociales sur la Métropole de Rouen, a ouvert un salon de coiffure pour les personnes en difficulté fin 2014. Cette création est issue d’un besoin social repéré par La Fabrique à initiatives.

Fin 2012 : travail sur l’émergence de besoins avec des chargés d’accueil de la politique de la ville de la Métropole et de Pôle Emploi ; le champ de l’estime de soi et du bien-être s’est révélé un manque sur le territoire. Aucun salon de beauté ne permettait aux personnes en difficulté de reprendre confiance en elles.

1er semestre 2013 : la Fabrique à initiatives réalise l’étude d’opportunité, analyse le modèle du salon «Joséphine pour la beauté des femmes» à Tours, et cherche un porteur de projet…

2e semestre 2013 : l’ADRESS rencontre l’épicerie sociale SOLEPI qui avait déjà l’expérience d’un salon de coiffure et des publics, mais également une assise financière, les ressources humaines et la motivation. SOLEPI a porté le projet et investi dans de nouveaux locaux en octobre 2014. Depuis l’ouverture du salon de coiffure social, SOLEPI est, par convention, prestataire Pôle Emploi dans le cadre de l’action  » lever les freins périphériques à l’emploi » .

Toujours en veille sur les besoins sociaux du territoire, la directrice de SOLEPI, Anne-Marie Grelier, (lire son portrait) a le projet de développer l’activité esthétique, avec une originalité : utiliser des produits que l’on peut faire soi-même.